L'Anti-racisme comme " Terreur Littéraire"

 

Allo Mon Général vous aviez raison de craindre que Clombey-les Deux Eglises ne devienne "Colombey-les Deux MINARETS" C'est fait !

C'est  sans doute ce que pourrait écrire l'écrivain Corrézien Richard Millet dans son livre "de l'anti-racisme comme terreur littéraire" Pierre Guillaume de Roux Editeur" PGDR  ( ça lui coûté son job chez Gallimard)

Le titre est, certes provocateur, mais comment faire entendre une analyse que tous les médias excluent?  Le nouvel ordre politico-social qui s'appuie sur une forte immigration  qui explosera dans les années à venir,  incompatible souvent hostile. La propagande nomme en vérité,  non pas l'ensemble des immigrés mais uniquement ceux qui viennent de pays extra européens. .Alors on devient " minoritaire" sur le plan racial, culturel et religieux

Prénommer ses enfants Rachida, ou Mohammed à la troisième génération relève d'un refus de s'assimiler! .Cette diversité en tant que nouvel euphémisme post ethnique ! Narcissiques : Sans papiers, Clandestins, Opprimés, Minoritaires Etc... sont le début du "Nouvel Ordre Mondial". C'est à dire l'humanité comme ultime destin politique en son indifférenciation raciale, ethnique, religieuse, sexuelle aussi avec l'émergence de la théorie du genre. C'est le totalitarisme soft de la propagande avec son cortège "d'intervenants culturels", de "militants associatifs" qui crachent souvent sur le système qui les nourrit.

L'individu mondialisé, inculte, veule, abruti par la sous culture américaine et par l'ignorance, bardé de DROITS pas d'obligations ! Dire la vérité est devenu un acte insurrectionnel. Il y a dans la décadence un génie de l'autodestruction, un masochisme quasi infantile, une complaisance morbide dont le capitalisme sait tirer ... un profit aussi considérable que l'islamisme et qui rencontre le discrédit jeté depuis "MAI 68" sur l'idée de nation, de tradition, de verticalité structurante. Les fils des 68tards sont devenus les nouveaux dévots qui ont hérité la rébellion paternelle; ses formes dégradées dans le consumérisme, le métissage, l'anti racisme, l'incantation aux droits de l'homme.   

 

Une conclusion en chanson   de Guy Beart

«  Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté »