Riches ? ou Fortunés ?

il semble important de faire la distinction :

Les gens Fortunés ne sont pas légion et si l’on se réfère à la « gestion de fortune » des grandes banques il vous faut avoir un capital de 10 M€ minimum, soit Dix millions d’euros de fortune pour bénéficier de ce service sur mesure. Chacun d’entre nous a en tête la plus grosse fortune française,  le patrimoine de Madame Bettencourt de l’Oréal soit environ 30 Milliards de dollars, la quinzième fortune mondiale, soit aussi 600 €uro par français par an si l’on redistribuait toute cette fortune. Une précision importante, les syndicats font croire que cette « cassette » est de l’argent liquide enterré dans un coffre, alors que cette fortune est en majorité composée d’actions !

Pour compléter notre information, Le Français Bernard Arnault, propriétaire du groupe de luxe LVMH, est 10e. Mais en 2012 il a perdu 29 % de son patrimoine, voilà à  quel point une fortune construite avec des actions notamment, peut varier. Imaginons un instant que notre salaire varie d’autant, il faudrait qu’il baisse de 29% environ ! Pas de quoi pleurer sur leur sort mais qui dit « fortune » dit aussi prise de risques… Ce point est « capital » !

Si l’on distribuait les fortunes du CAC 40 , cela représenterait 5 000 € par citoyen. Bien sûr les entreprises s’arrêteraient  toutes parce que l’actionnariat  disparaitrait : plus de capital, plus d’entreprise !

En numéro trois vient l'Espagnol Amancio Ortega, créateur de la marque de vêtements Zara (57 milliards, soit 19,5 milliards de plus) qui a gagné deux places et passe devant l'homme d'affaires et philantrope américain Warren Buffett, 4e avec 53,5 milliards (9,5 milliards de plus par rapport à 2012).

En bref il y a environ 1500 milliardaires dans le monde,, c’est  peu et beaucoup à la fois.  Sans doute que pour vous comme pour moi 10 millions d’ €uros par an, nous suffirait pour voir la vie différemment.

Juste une précision : les chiffres mentionnés ne représentent pas une « cassette » cachée dans leur jardin, mais en grande partie des actions de l’entreprise. Prenez ces actions… et l’entreprise disparait. Plus de capital Plus d’entreprise. Plus d’Emplois Sachons-le !

La main qui prend…

et  la main qui redonne ou redistribue sont les concepts fondamentaux. « La propriété, c’est le vol » disait Proudhon.  Faut-il en dire autant de la fiscalité ?l’Etat moderne serait-il fondé sur une spoliation généralisée ?

Le premier humain qui a entouré une parcelle de terre et qui a dit « c’est à moi » , a créé le concept de propriété  Personne ne l’ayant contredit, il fut de-facto propriétaire et il devint le fondateur de la société civile d’aujourd’hui.

Il y a donc un « vol » originel,  il a mangé la pomme. Or il faut rappeler que pour un vrai socialiste,  il faut supprimer la propriété privée.  On a vu le résultat en URSS , en Chine ou ailleurs… ce qui nous amène à penser que la sociale démocratie dont se réclame François Hollande propose une option moins violente que Lénine ( encore que ! Le conseiller du prince,  Thomas Piketty rêve d’une France sans propriété privée. IL s’agit de pressurer les citoyens sans les étrangler et pouvoir les pomper chaque année. C’est  le charme discret de la démocratie d’aujourd’hui qui convient parfaitement au président actuel !

Mais cette approche « soft » ne garantit aucunement la réussite de chaque citoyen, là se trouve la perversité du système « hollandais ».

La réalité est que l’Etat prend 53% de toutes les activités économiques, contre 48% en Allemagne. Il semble que les citoyens commencent à le constater. C’est tout simplement la nouvelle Trésorerie Léniniste. Mais  la contradiction n’oppose plus capital et travail : Salariés et entrepreneurs ont le même ennemi,  le crédit,  ses intérêts, les normes crées tous les jours et qui donnent du boulot aux « contrôleurs » qui nous ruinent, et  qui détruisent à terme notre pouvoir d’achat ou de développement. Le diktat du fisc semble ne plus être accepté, ce sont les « riches hollandais » qui paient en versant la moitié de leurs revenus chaque année. Les riches ( à partir de 4000 €uros par mois selon le Président) qui sont toujours les méchants et les « pauvres », comme Olivier Besançenot, qui sont les gentils ? Donc les riches sont les « voleurs » et les pauvres sont  tous parfaits, les fortunés sont tous des voleurs , pas des donneurs. Pourtant ils « donnent «  beaucoup » ! Notamment en impôts, en nombre d’emplois créés, voir même en dépenses privées qui font tourner des entreprises franco-françaises.

Pourquoi ne pas reconnaître que nos « voleurs » sont aussi des donneurs qui méritent  les honneurs,  pas l’infamie. Si on pouvait juste cesser de les culpabiliser, ils seront moins nombreux à partir à l‘étranger pour « échapper » à la pieuvre fiscale française et à la haine d’une partie des français. A bas les patrons ! Mais là aussi il faut préciser que les présidents ou directeurs généraux des grands groupes ne sont pas  des vrais « patrons » mais des cadres à très haut niveau qui ne risquent pas leur patrimoine. Il est urgent d’en prendre compte sinon il ne restera en France que les parfaits « pauvres »

Gardons le sourire «  la gauche aime tellement les pauvres qu’elle en produit en masse » Coluche !

PS Les grands groupes paient en moyenne 8 % d’impôts et les PME et TPE 33,33 % Où est l’erreur ?