éditoriauxInterdits à lire absolument

14 décembre 2016

OPA A LA FRANCAISE

OPA à la FRANCAISE : Oisifs  Passifs Actifs

Les « Oisifs »

Les retraités sont en première ligne. En seconde ligne, sont les chômeurs « professionnels » donc pas tous les chômeurs . En troisième ligne les jeunes sans qualification et en perdition pour la France.

S’agissant des retraités, ils sont de plus en plus nombreux à re-travailler pour avoir un peu plus pour vivre ou survivre… ou s’occuper pour vieillir moins vite ! Ce sera d’autant plus crucial que toute inflation à venir sera l’euthanasie des personnes âgées qui verront leur retraite reculer en valeur de 15 à 30 % .Ne cachons pas que certains d’entre eux sont fortunés (1%)  ou « riches » avec un patrimoine de plus de 1 millions d’€uros (environ 5 % ) Donc pour 94% d’entre eux,  leur A-venir n’est pas un long fleuve tranquille, d’autant plus que bon nombre d’entre eux aident leurs enfants en difficulté ou primo accédants à l’achat d’un appartement ou d’une maison. En bref une « race » menacée a activer pour ouvrir la porte d’un avenir plus serein

Les Passifs

Ils sont légion à avoir des métiers « à la con » qui ne servent pas à grand-chose, mais ça les occupent. Les administrations territoriales ou pas … sont très prisées, on y trouve même dans les Grandes Administrations des personnes payées 4000 à 6000 €uros par mois pour : Ne Rien Faire ! mais si ça existe, divulgués ce jour 2 mai 2016 sur Europe 1 .

Il y a aussi Les con-trôleurs de « normes » chères à la France,  Une norme = une multitude de contrôleurs .Ils ne se plaignent pas et se laissent vivre aux crochets des con-tribuables. Il est temps de remuer le cocotier pour voir ceux qui restent accrochés à leur job.

Les Actifs

Ceux qui travaillent dans le secteur privé, celui qui peut créer des emplois pérennes et les fonctionnaires actifs. Soit 44 % de la population active. 56% d’entre eux sont dans les administrations diverses ou les associations qui se multiplient. Sur ce dernier point un conseil, vous ne trouvez pas de travail ?  alors créez une association et faites toutes les démarches pour avoir le statut officiel et pomper des subventions !

 Mieux encore créez votre entreprise.

Voici résumée l’O.P.A. à la française.

PS La vérité sur le chômage : sur la base publiée par l’Insee en 2014 ( 2015 n’étant pas encore  publiée)

23 810 000 millions de salariés dont 7 803 000 fonctionnaires ou assimilés qui ne risquent pas le chômage. Il reste 16 007 000 salariés du privé + 5  520 000 demandeurs d’emploi toutes catégories confondues = 21 527 000 qui risquent le chômage.

Donc le Taux de chômage du privé = 5 520 000 divisé par 21 527 000 soit 25,64 %

On est loin des manipulations chroniques de gauche comme de droite reprises par les médias !!!

 

 

Posté par infosInterdites à 10:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


L'ANTI-RACISME Comme TERREUR LITTERAIRE

L'Anti-racisme comme " Terreur Littéraire"

 

Allo Mon Général vous aviez raison de craindre que Clombey-les Deux Eglises ne devienne "Colombey-les Deux MINARETS" C'est fait !

C'est  sans doute ce que pourrait écrire l'écrivain Corrézien Richard Millet dans son livre "de l'anti-racisme comme terreur littéraire" Pierre Guillaume de Roux Editeur" PGDR  ( ça lui coûté son job chez Gallimard)

Le titre est, certes provocateur, mais comment faire entendre une analyse que tous les médias excluent?  Le nouvel ordre politico-social qui s'appuie sur une forte immigration  qui explosera dans les années à venir,  incompatible souvent hostile. La propagande nomme en vérité,  non pas l'ensemble des immigrés mais uniquement ceux qui viennent de pays extra européens. .Alors on devient " minoritaire" sur le plan racial, culturel et religieux

Prénommer ses enfants Rachida, ou Mohammed à la troisième génération relève d'un refus de s'assimiler! .Cette diversité en tant que nouvel euphémisme post ethnique ! Narcissiques : Sans papiers, Clandestins, Opprimés, Minoritaires Etc... sont le début du "Nouvel Ordre Mondial". C'est à dire l'humanité comme ultime destin politique en son indifférenciation raciale, ethnique, religieuse, sexuelle aussi avec l'émergence de la théorie du genre. C'est le totalitarisme soft de la propagande avec son cortège "d'intervenants culturels", de "militants associatifs" qui crachent souvent sur le système qui les nourrit.

L'individu mondialisé, inculte, veule, abruti par la sous culture américaine et par l'ignorance, bardé de DROITS pas d'obligations ! Dire la vérité est devenu un acte insurrectionnel. Il y a dans la décadence un génie de l'autodestruction, un masochisme quasi infantile, une complaisance morbide dont le capitalisme sait tirer ... un profit aussi considérable que l'islamisme et qui rencontre le discrédit jeté depuis "MAI 68" sur l'idée de nation, de tradition, de verticalité structurante. Les fils des 68tards sont devenus les nouveaux dévots qui ont hérité la rébellion paternelle; ses formes dégradées dans le consumérisme, le métissage, l'anti racisme, l'incantation aux droits de l'homme.   

 

Une conclusion en chanson   de Guy Beart

«  Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté »

 

Posté par infosInterdites à 10:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 décembre 2016

NUL ne pense par lui même sans passer par le détour des autres !

C’est pourquoi j’ai sélectionné les citations qui m’ont inspiré. Ca ne sont pas des vérités absolues mais des pistes de réflexions. Les sujets sont variés comme le sont les événements de la vie.

1 – Le lancement du totalitarisme

Cet appel militaire  pourrait s’intituler « en avant marche » ( sourire, rien à voir avec « en marche » ) Tous derrière le divin chef, ne vous posez pas de questions. Seul compte «  l’instinct » : instinct de justice, instinct de survie, instinct maternel, instinct guerrier,  instinct de ce que vous voudrez… sans avoir à élucider. Pour soumettre les masses, il faut s’adresser à l’instinct. Toute littérature totalitaire vise à émouvoir non pas développer le sens critique. Lire : Ivres Paradis, bonheurs héroïques. Avril 2016 chez Odile Jacob – Boris Cyrulnik.

Mais aussi : «  tous les régimes totalitaires cherchent à contrôler les artistes, qui sont une arme pour contrôler les esprits. Si l’on veut s’emparer du pouvoir politique, il faut transformer en instruments de combat les romanciers, les comédiens, les artistes, et même les musiciens qui acceptent de servir la cause du dictateur »  Est-ce que ça ne résonne pas en chacun d’entre nous ?

 

2 – Réponse à Emmanuel TODD

 

Je vous propose de lire  » La décomposition Française, comment en est t on arrivé là?  » de Malika Sutter Fayard, d’origine Algérienne d’origine , ingénieur grande école, membre du HCI Haut Commissariat à l’Intégration » elle à vécu les choses de l’intérieur sous Sarkozy et sous Manuel Valls

D’une précision chirurgicale d’ingénieur elle apporte des éléments très concrets qui dévoilent les coulisses de « Comment berner les français ? »

Merci à elle d’avoir osé , c’est rare. Sur le fond, c’est la lâcheté des politiques qui ont en douce manipulé les citoyens mais en donnant une véritable cartographie du laisser aller et laisser faire cette décomposition au nom de l’élection futur, du  » faut pas faire de vagues » Etc

3 – Spirituel et temporel

 La séparation du spirituel et du temporel est une invention chrétienne. Le fameux « Redde Caesari quae sunt Caesaris, et quae sunt Dei Deo » Matthieu XXII;21 ne prête pas à interprétation. Ceux qui pensent que l’Histoire commence en 1789 se fourvoient. L’Église n’a jamais été aussi puissante que lors du bas Moyen-âge, lorsque la civilisation que nous vivons en était à ses balbutiements. Les rois se sont, dès le début du bas Moyen-âge, efforcer de se libérer de l’emprise du pape.

Cette indépendance du temporel tient à la notion de séparation du temporel et du spirituel et à ce que l’auteur cite très justement, le christianisme n’a pas de visées terrestres. Si le christianisme n’est pas le moteur du développement, il n’a pas empêché celui-ci parce que son essence ne lui permettait pas. Il n’empêche que le fond du christianisme porte les DDH et que les grands philosophes des Lumières que l’on a « athéisés » pour les besoins de la cause s’en prennent au clergé, mais développent les grandes vertus chrétiennes comme base de la société. Celui qui nie que « tous les hommes sont égaux » se trouve dans le christianisme fait preuve de mauvaise foi.

 

4 – Et si on lisait comme autrefois…

 en oubliant un instant le zapping sur internet

 si vous lisiez des livres d’histoires aussi, vous verriez que le progrès n’a pas entendu Robespierre (là c’est de l’humour), et je ne sais quel autre grand penseur de la révolution. Vous noteriez ainsi que l’économie moderne ne part même pas du protestantisme (  lire Max Weber  » L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme ».., comme souvent dit, mais des monastères catholiques, …  

 Si ensuite vous faisiez l’effort de lire l’Émile de Rousseau, le père de nos pédagogues modernes, un des pères de votre modernité, le père de « l’éducation négative », (son propre terme) vous apprendriez qu’il cherchait à enseigner « un art très long, très pénible » … »celui d’être ignorant. »  

 De l’autre côté, il y a eu, entre autre, :

 ■ Copernic, chanoine et père de l’astrologie moderne,

 ■ Gregor Mendel, moine et père de la génétique,

 ■ George Lemaitre, chanoine et co-découvreur de la théorie du big-bang

 ■ Louis Pasteur, découvreur du vaccin (entre autres) contre la rage « Un peu de science éloigne de Dieu, beaucoup de science y ramène. »   Alors évidemment, tous les scientifiques chrétiens ne sont pas clercs et ne clament pas leur religion, la sphère privée reste privée

 

5 – Les « méfaits  » des arabo-musulmans?

Ne demandons pas aux arabo-musulmans de quitter leur identité ou leur « donner » l’identité française !

 Par contre ils se doivent de respecter les lois de la république dans laquelle ils vivent.

Pour aller plus loin, je citerai Madame Taubira dans l’express du 4 mai 2006  » il ne faut pas évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les jeunes arabes ne portent sur leurs épaules tout le poids de l’héritage des méfaits des arabes » Donc plus de repentance ! a approfondir…

 6 –Traite des esclaves de Barbarie

Dans son ouvrage « Christian slaves, muslim masters : white slavery in the Mediterranean, the Barbary Coast, and Italy, 1500-1800 », Robert C. Davis estime que, depuis le début du XVIe au milieu du XVIIIe siècle, les seuls marchands d’esclaves de Tunis, d’Alger et de Tripoli ont réduit de 1 million à 1 250 000 chrétiens européens blancs en esclavage en Afrique du Nord (ces chiffres ne prennent pas en compte les Européens asservis par le Maroc et par les autres esclavagistes de la côte méditerranéenne).

 L’analyse des statistiques douanières des XVIe et XVIIe siècles montre qu’entre 1450 et 1700, l’importation supplémentaire d’esclaves de la mer Noire par Istanbul s’élèverait à environ 2,5 millions. De 1500 à 1650, le nombre d’esclaves européens blancs dépasse largement celui des noirs africains envoyés comme esclaves vers les Amériques. Travaillant dans les carrières, les mines ou comme rameurs pour les pirates barbaresques, la vie des esclaves blancs en Afrique n’était pas meilleure que les pires conditions des esclaves noirs en Amérique.

Merci à Madame Taubira d’avoir osé ouvrir ce débat sans peut-être en avoir conscience

7 – Il fallait oser le dire

Que Najat Belkacem, membre du CCME Conseil de la Communauté Marocaine à l’ Etranger, dise clairement qu’elle veut prendre en main l’éducation pour promouvoir le Maroc et les arabo-musulmans ! Faites CCME migrations Marocaine page 11 vous serez surpris. Le CCME a été promulgué par un Dahir ( décret Royal ) « Les marocains ne seront jamais français ». Hassan II il avait totalement raison.

PS – il semble que le nom de Najat Belkacem ait été supprimé  depuis quelques temps. Elle faisait partie du Groupe  de Travail  » Approche genre et nouvelles générations » un titre significatif.

 

8 – Ne soyez pas honteux d’être français

C’ était le conseil du regretté Hassan II

  » pour aimer un pays, il faut sentir qu’il a un passé .Ce n’est plus votre cas. Vous dépensez tant de temps à battre votre coulpe sur la poitrine de vos pauvres ancêtres.  » Vous êtes tout à votre noirceur, vous apprenez à vos enfants à se détester. Alors que vous avez  des motifs de fierté  » Quelle leçon admirable.

 9 – Thomas  Piketty « le Capital au XXI siècle » loin du réel !

Qui a lu le pavé de 964 pages ? tout est fait pour « prouver » sa thèse, même le pire : inexactitudes, courbe  » maison » et concerne uniquement les fortunes des 1% et non les riches, je rappelle que les riches, dixit le président, gagnent 4000 €uros. On oublie les 99% qui se sont enrichis.
Le grand enrichissement a provoqué une baisse des inégalités sans précédent en matière d’accès à la consommation, la longévité, l’espérance de vie, l’accès à l’éducation, aux loisirs, acquisitions d’une maison, voiture, smartphone, voyages en avion, navigation gps, mais aussi correction de la vision, médicaments traitant des affections allant de l’hypertension aux dysfonctionnements érectiles , Etc…
Quant a la fortune des 1% ne créent t il pas de la richesse et des emplois et innovations qui profitent à tous? je ne les plaints pas , mais en 5 ans 50% d’entre eux ont disparus! , en 2013, 33 000 entreprises ont disparues. Dans le monde réel, les capitalistes sont dans un système Profits et Pertes . Il est abusif et faux de dire , comme le fait Thomas Piketty  que l’accumulation de richesse s’opère de manière quasi automatique.
Cas exemplaire, l’après seconde guerre mondiale les inégalités de revenus et patrimoine étaient au plus bas. Résultat, Hitler et le Communisme pur et dur.
De plus Un Tiers du patrimoine appartient aux classes moyennes.
La plupart des « fortunes » sont des entrepreneurs qui créent de l’emploi ou le maintiennent.Inexactitude grave les gens de plus de 65 ans ne sont pas pris en compte, pas de retraite dans le patrimoine, pourquoi?
Je m’arrêterai là, la liste est trop longue. Quant sa fameuse formule: r > g. r = taux de rendement et g = Croissance , malgré ça, depuis 1980, 80% des fortunés ont perdu leur fameuse fortune.
Conclusion, il semble que Thomas Piketty est un « bon catholique » jaloux et .. très intelligent, manipulateur,  prêt à tout pour prouver sa thèse déjà décidée dès la première ligne. Il fait partie de ce que j’appelle les « gala économistes » Show man comme Stiglitz, Attali etc…
Il aurait du s’attaquer à  » l’ennemi c’est la finance « 
Devant la levée de bouclier provoquée par son livre, il a , c’est tout à son honneur, dit lui même qu’il y avait des inexactitudes à corriger et qu’il était un  sociologue qui raconte une histoire ( sur europe 1 ou Rtl)

. Pour se faire sa propre opinion, je suggère de lire aussi « l’anti-Piketty Vive le capital au XXI° siècle » de Lecaussin et Delsol, publié chez Libreéchange 2015

 

 10 –  Un président arabo-musulman

 

Et si un arabo-musulman était candidat en 2017 , soutenu discrètement par les pays du moyen orient et leurs pétro dollars ? il serait difficile de le critiquer sans être taxé d’islamophobie.

 Alors une candidature arabo-musulmane est quasi certaine ! en 2017, au plus tard en 2022. Un vrai pied de nez aux partis traditionnels qui ont accordés de nombreux «  accommodements » pour avoir leurs votes !

   » Avec le suffrage universel, une voix en vaut une autre et si certains sont plus riches que d’autre, vous, vous êtes plus nombreux qu’eux » François Hollande le 7 avril 2012 Aulnay sous Bois.

 

 

 

Posté par infosInterdites à 14:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 novembre 2016

LA GALA ECONOMIE

  • Thomas Piketty, le « gala économiste » intelligent et brillant a publié Le Capital du XXI éme siècle
    Qui a lu le pavé de 964 pages ? tout est fait pour « prouver » sa thèse, même le pire : inexactitudes, courbe  » maison » et concerne uniquement les fortunes des 1% et non les riches, je rappelle que les riches, dixit le président, gagnent 4000 €uros. On oublie les 99% qui se sont enrichis.

  • Le grand enrichissement a provoqué une baisse des inégalités sans précédent en matière d’accès à la consommation, la longévité, l’espérance de vie, l’accès à l’éducation, aux loisirs, acquisitions d’une maison, voiture, smartphone, voyages en avion, navigation gps, mais aussi correction de la vision, médicaments traitant des affections allant de l’hypertension aux dysfonctionnements érectiles,  Etc…

  • Quant à la fortune des 1% ne créent t ils pas de la richesse et des emplois et innovations qui profitent à tous? je ne les plains pas, mais en 5 ans 50% d’entre eux ont disparus! , en 2013, 33 000 entreprises ont disparues. Dans le monde réel, les capitalistes sont dans un système Profits et Pertes. Il est abusif et faux de dire comme le fait TK que l’accumulation de richesse s’opère de manière quasi automatique.

  • Cas exemplaire, l’après seconde guerre mondiale les inégalités de revenus et patrimoine étaient au plus bas. Résultat, Hitler et le Communisme pur et dur.

  • De plus Un Tiers du patrimoine appartient aux classes moyennes.

  • La plupart des « fortunes » sont des entrepreneurs qui créent de l’emploi ou le maintiennent.
    Inexactitude grave les gens de plus de 65 ans ne sont pas pris en compte, pas de retraite dans le patrimoine, pourquoi?
    Je m’arrêterai là, la liste est trop longue. Quant sa fameuse formule: r > g. r = taux de rendement et g = Croissance , malgré ça, depuis 1980, 80% des fortunés ont perdu leur fameuse fortune.
    Conclusion, il semble que TK est un « bon catholique » jaloux et .. très intelligent, manipulateur et prêt à tout pour prouver sa thèse déjà décidée dès la première ligne. Il fait partie de ce que j’appelle les « gala économistes » Show man comme Stiglitz, Attali etc…
    Il aurait du s’attaquer à «  l’ennemi c’est la finance »

  • Devant la levée de bouclier provoquée par son livre, il a,  c’est tout à son honneur, dit lui même qu’il y avait des inexactitudes à corriger et qu’il était un sociologue qui raconte une histoire !

 Rédigé par : editoriauxinterdits | le 02 mars 2016 à 11:22 | RépondreSignaler un abus |

 

Posté par infosInterdites à 14:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Réveillez Vous

RE-INVENTER Des MODELES

Nicolas Baverez , économiste et historien, a tellement bien écrit ce que j’avais en tête que j’ai décidé de faire une note résumée de son ouvrage « Réveillez Vous »  publié chez Fayard, osez le lire !

Loin de toute polémique, l’auteur démontre que la France est dans le mur et propose des solutions concrètes et crédibles pour s’en sortir en bon état.

L’enjeu réel n’est pas de reprendre un modèle existant ; Keynes, Schumpeter, ou Von Mises , Piketty Etc… parce que la situation de la France est spécifique et l’environnement international incomparable ! Oublions 1929 et 2008. Notre modèle social actuel crée du chômage, bloque la mobilité et tue la croissance. Les décennies de déclin tranquille, c’est fini. Il  nous faut créer une nouvelle approche, que je qualifie personnellement de « logique floue » au sens mathématique et non au sens commun du dictionnaire, sinon quoi ? les écarts se creuseront très vite entre les français, les entreprises, les nations et les continents. Il nous faut un « pacte productif ».

LE PACTE PRODUCTIF

Actuellement la dégringolade de notre appareil productif gagne les services. Juste deux chiffres le taux de marge est de 28% en France contre 40% en Allemagne. Très important, et souvent oubliée, la valeur ajoutée. Si pour un coût du travail équivalent, votre valeur ajoutée est de 40 % en France et de 60% en Allemagne,  vous avez tout compris ! De plus, la fermeture des banques au crédit, la spécialisation insuffisante, la pénurie de main d’œuvre qualifiée, la baisse de l’effort de recherche nous étranglent.

Le schéma keynésien d’une croissance tirée par les dépenses publiques financées par la dette est mort ! Sinon, les impôts nécessaires à la dépense publique euthanasient  l’activité et l’emploi marchand,  provoquant l’accélération de l’exil des centres de décisions, des capitaux et des talents.

           

Une suggestion crédible, c’est la baisse du coût du travail, le  relèvement de la durée  du travail, et la baisse des charges sociales via le transfert du financement des allocations familiales vers l’impôt, en priorité la TVA – ce qui équivaut à une mini dévaluation- ou à défaut la CSG. Il semble que le gouvernement va timidement  vers cette approche multiforme.

LE PACTE SOCIAL

Le chômage permanent est un cancer qui ronge l’économie mais aussi la société et la nation. Soyons honnêtes, les seniors et les « pré-seniors » sacrifient les jeunes pour se protéger et garder leurs acquis !

Quelques chiffres ;  2,5 millions de chômeurs peu qualifiés peuvent réintégrer le marché du travail en baissant les charges. Il existe aussi 2,4 millions d’emplois non pourvus Faute de Qualification d’où un investissement important en formation ciblée sur eux plutôt que sur les cadres et cadres sup actuellement.!

Le résultat est une quasi balkanisation du territoire avec des zones d’activités élevées , prospères et des zones d’exclusion qui alimentent la montée de l’islamisme et des haines, ferment d’une guerre civile larvée !avec pour première conséquence la montée de la xénophobie source des extrémismes.

L’effort de la diminution de la dette parait impossible, eh bien si !!!

Tous les politiques et les experts connaissent parfaitement les solutions, mais tous les évitent de peur de ne pas être réélu !! Courage, fuyons.

LE PACTE CITOYEN

 La France    doit aussi souscrire un pacte de désendettement pour rétablir sa souveraineté. Les exemples des pays nordiques, de l’Allemagne,  de la suède, du Canada, montre que ce pacte doit être financé par des hausses d’impôts pour un quart et Trois quarts par des baisses de dépenses  où sont - elles en France ??       Mais la France est riche… de son passé 1500 Milliards d’assurannce vie. Un article de janvier dernier permet à l’état de bloquer .. la limite de temps n’est pas fixée ! au pire vous serez remboursés après que l’inflation vous ai ruinés.  On peut aussi prélever 10% sur vos comptes épargne et autres ! comme en Grèce !

Il ne fait aucun doute qu’après notre déclassement par  Standars and Poors   la France risque de devoir emprunter à un taux moins favorable , voilà pourquoi il est encore temps de décider des mesures «  à froid » plutôt que de décider dans la panique.

LES REFORMES NECESSAIRES                                                                                       

Attendre de décider, sous la pression, et parier sur la prolongation du sursis revient à préférer le krach plutôt que d’accepter la réforme et provoquer une dynamique de la confiance. Lorsque les réformes indispensables sont adoptées après la catastrophe, la dynamique de la défiance provoque un échec. Alors s’installe un cercle vicieux où les effets de la récession s’emballent, sabrant l’activité et l’emploi, coupant les pays de l’accès aux marchés, sapant la légitimité du gouvernement  et encourageant les extrémismes.

Les réformes sont connues :

Renforcement de l’état de droit

Réforme de l’état avec  diminution du nombre d’agents publiques et renforcement de la formation.

Mesure de la productivité des services publics.

Evaluations systématiques de leurs missions et leurs performances.

Retour à l’équilibre des comptes publics.

Dissociation de L’Europe à 28 du grand marché et de l’Europe intégrée de la zone Euro.

BCE érigée en préteur de dernier ressort.

Union Bancaire et budgétaire sous contrôle

Etc… oui il y a bien d’autres décisions à prendre plus tard.

Le réveil sera dur mais indispensable ou bien…..

 

 

Posté par infosInterdites à 14:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

NON les RICHES NE SONT PAS QUE DES VOLEURS !

Riches ? ou Fortunés ?

il semble important de faire la distinction :

Les gens Fortunés ne sont pas légion et si l’on se réfère à la « gestion de fortune » des grandes banques il vous faut avoir un capital de 10 M€ minimum, soit Dix millions d’euros de fortune pour bénéficier de ce service sur mesure. Chacun d’entre nous a en tête la plus grosse fortune française,  le patrimoine de Madame Bettencourt de l’Oréal soit environ 30 Milliards de dollars, la quinzième fortune mondiale, soit aussi 600 €uro par français par an si l’on redistribuait toute cette fortune. Une précision importante, les syndicats font croire que cette « cassette » est de l’argent liquide enterré dans un coffre, alors que cette fortune est en majorité composée d’actions !

Pour compléter notre information, Le Français Bernard Arnault, propriétaire du groupe de luxe LVMH, est 10e. Mais en 2012 il a perdu 29 % de son patrimoine, voilà à  quel point une fortune construite avec des actions notamment, peut varier. Imaginons un instant que notre salaire varie d’autant, il faudrait qu’il baisse de 29% environ ! Pas de quoi pleurer sur leur sort mais qui dit « fortune » dit aussi prise de risques… Ce point est « capital » !

Si l’on distribuait les fortunes du CAC 40 , cela représenterait 5 000 € par citoyen. Bien sûr les entreprises s’arrêteraient  toutes parce que l’actionnariat  disparaitrait : plus de capital, plus d’entreprise !

En numéro trois vient l'Espagnol Amancio Ortega, créateur de la marque de vêtements Zara (57 milliards, soit 19,5 milliards de plus) qui a gagné deux places et passe devant l'homme d'affaires et philantrope américain Warren Buffett, 4e avec 53,5 milliards (9,5 milliards de plus par rapport à 2012).

En bref il y a environ 1500 milliardaires dans le monde,, c’est  peu et beaucoup à la fois.  Sans doute que pour vous comme pour moi 10 millions d’ €uros par an, nous suffirait pour voir la vie différemment.

Juste une précision : les chiffres mentionnés ne représentent pas une « cassette » cachée dans leur jardin, mais en grande partie des actions de l’entreprise. Prenez ces actions… et l’entreprise disparait. Plus de capital Plus d’entreprise. Plus d’Emplois Sachons-le !

La main qui prend…

et  la main qui redonne ou redistribue sont les concepts fondamentaux. « La propriété, c’est le vol » disait Proudhon.  Faut-il en dire autant de la fiscalité ?l’Etat moderne serait-il fondé sur une spoliation généralisée ?

Le premier humain qui a entouré une parcelle de terre et qui a dit « c’est à moi » , a créé le concept de propriété  Personne ne l’ayant contredit, il fut de-facto propriétaire et il devint le fondateur de la société civile d’aujourd’hui.

Il y a donc un « vol » originel,  il a mangé la pomme. Or il faut rappeler que pour un vrai socialiste,  il faut supprimer la propriété privée.  On a vu le résultat en URSS , en Chine ou ailleurs… ce qui nous amène à penser que la sociale démocratie dont se réclame François Hollande propose une option moins violente que Lénine ( encore que ! Le conseiller du prince,  Thomas Piketty rêve d’une France sans propriété privée. IL s’agit de pressurer les citoyens sans les étrangler et pouvoir les pomper chaque année. C’est  le charme discret de la démocratie d’aujourd’hui qui convient parfaitement au président actuel !

Mais cette approche « soft » ne garantit aucunement la réussite de chaque citoyen, là se trouve la perversité du système « hollandais ».

La réalité est que l’Etat prend 53% de toutes les activités économiques, contre 48% en Allemagne. Il semble que les citoyens commencent à le constater. C’est tout simplement la nouvelle Trésorerie Léniniste. Mais  la contradiction n’oppose plus capital et travail : Salariés et entrepreneurs ont le même ennemi,  le crédit,  ses intérêts, les normes crées tous les jours et qui donnent du boulot aux « contrôleurs » qui nous ruinent, et  qui détruisent à terme notre pouvoir d’achat ou de développement. Le diktat du fisc semble ne plus être accepté, ce sont les « riches hollandais » qui paient en versant la moitié de leurs revenus chaque année. Les riches ( à partir de 4000 €uros par mois selon le Président) qui sont toujours les méchants et les « pauvres », comme Olivier Besançenot, qui sont les gentils ? Donc les riches sont les « voleurs » et les pauvres sont  tous parfaits, les fortunés sont tous des voleurs , pas des donneurs. Pourtant ils « donnent «  beaucoup » ! Notamment en impôts, en nombre d’emplois créés, voir même en dépenses privées qui font tourner des entreprises franco-françaises.

Pourquoi ne pas reconnaître que nos « voleurs » sont aussi des donneurs qui méritent  les honneurs,  pas l’infamie. Si on pouvait juste cesser de les culpabiliser, ils seront moins nombreux à partir à l‘étranger pour « échapper » à la pieuvre fiscale française et à la haine d’une partie des français. A bas les patrons ! Mais là aussi il faut préciser que les présidents ou directeurs généraux des grands groupes ne sont pas  des vrais « patrons » mais des cadres à très haut niveau qui ne risquent pas leur patrimoine. Il est urgent d’en prendre compte sinon il ne restera en France que les parfaits « pauvres »

Gardons le sourire «  la gauche aime tellement les pauvres qu’elle en produit en masse » Coluche !

PS Les grands groupes paient en moyenne 8 % d’impôts et les PME et TPE 33,33 % Où est l’erreur ?

                             

 

Posté par infosInterdites à 14:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

RELIGARER le cordon ombilical du Monde

Lien social, lien intergénérationnel, il manque du lien…

 

Autant de sujets actuels , pressants , inquiétants, la réponse simple et humaine est  Religare, un mot latin oublié ou mis au placard , pensez donc ça rappelle le mot « « religion » si décrié ou glorifié selon la région du monde où l’on est.

 

Et pourtant même dans ce « vieux pays » la France, il est présent, espéré, non-dit  , ou vilipendé au nom de la laïcité , nouvelle religion sans lien, sans  dieu ni  sous jacent philosophique. L’homme au centre de tout, l’homme Dieu, l’homme qui se regarde le nombril et crie « Je suis Dieu »

 

Au temps des paradis artificiels, l’alcool, le bench-drinking du week end ,  la drogue, le black métal, des consoles vidéo… où nos pulsions les plus violentes ou perverses peuvent s’exprimer ! Inquiétant ? non, après Sodome et  Gomorrhe, d’autres temps sont venus. Difficile à vivre ? oui , pour les observateurs « dé-engagés » et surtout les acteurs eux-mêmes.

 

En ce temps de compétition en tout domaine et pas seulement sportif , du vouloir se dépasser et surtout dépasser les autres , être Star, tous les moyens sont possibles et de plus en plus disponibles. Pourquoi  s’en  priver ! En bref le tous égaux   = « fraternité !».C’est l’idéal pour les autres, pas pour moi qui suis exceptionnel. A force de vouloir être à part, star, est ce qu’on ne se retrouve pas  seul ? l’opposé d e religare.

 

 «  La crise du sacré est première, décisive » L’ auteur connu de tous les français n’est  pas Jean Paul II, mais .. François Mitterrand ! Pour  lui, sans transcendance, la société s’épuise, grand arbre exubérant  aux racines coupées, n’est-ce pas la vraie source du lien ?   voir « l’abeille et l’architecte »

Juste une dernière citation pour le plaisir :

 « …Oublier que le pouvoir comme tout autre, vient du bas, revient de la périphérie, remonte depuis la lie du monde » Quelle lucidité.

 

NB François Mitterrand rencontrait chaque année le Frère Roger de Taizé pour se ressourcer. « Je ne vous  quitterai pas » fut l’une de ses dernières phrases. Le lien !

 

Posté par infosInterdites à 14:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

C'EST QUOI LE PROFIT ?

CA SERT A QUOI ?

Le profit est l'une des   notions les plus incomprises en économie. Superficiellement, tout le monde   sait qu'il s'agit des revenus additionnels qu'un producteur réussit à obtenir   après avoir compensé ses coûts de production. Mais on ne comprend pas trop à   quoi cela sert, à part enrichir un capitaliste. 
    
              Pour les socialistes, le profit est ni plus ni moins qu'un vol, le résultat   de l'exploitation des travailleurs et des consommateurs par les capitalistes,   une « plus-value », pour employer le langage marxiste, soutirée de façon   illégitime lors d'un échange inégal.  

 

            Même des gens qui appuient en théorie le système capitaliste trouvent   difficile de le défendre. C'est peut-être quelque chose de nécessaire, mais   il ne faut pas exagérer et trop en faire. Cela signale qu'on n'a sans doute   pas suivi les règles du jeu, qu'on s'enrichit aux dépens des autres. Ce n'est   sûrement pas un hasard si le mot « profiteur » n'a rien de positif.  
    
              Le profit joue pourtant un rôle essentiel dans l'allocation des ressources.   Le problème fondamental en économie est qu'on ne sait pas exactement quoi   produire ni comment le faire de la façon la plus efficace possible. Si   nous le savions, il serait possible de répondre immédiatement à tous les   besoins de l'humanité. L'économie est en fait un vaste système de   transmission d'information et de signaux permettant à chaque acteur   économique de prendre les meilleures décisions quant à l'allocation de son   temps et de ses ressources et à la satisfaction de ses besoins.   Ce que j’ai qualifié de « logique   floue »
    
  Des indicateurs de rareté 
   
              Les prix sont par exemple des indicateurs de la rareté relative des produits   et des facteurs de production. Lorsque le prix de quelque chose augmente,   cela indique que cette chose est désirée plus intensément en comparaison avec   tout le reste, ou encore que sa disponibilité a diminué. Plus simplement,   soit sa demande est en hausse, soit son offre est en baisse. Chacun doit   s'ajuster en conséquence. Empêcher un prix d'augmenter (ce que les   gouvernements font constamment dans de nombreux secteurs réglementés comme la   santé, l'essence, le logement, etc.) ne résout aucunement le problème de la   rareté relative plus grande du produit en question. Cela ne fait que bloquer   la transmission d'une information cruciale et entraîner des effets pervers,   notamment des pénuries.  
    
              Le profit joue un rôle similaire. Imaginons qu'à la suite d'un engouement   quelconque, la demande pour un produit X augmente de façon considérable en   l'espace de quelques semaines. La production existante ne réussit pas à répondre   à cette demande soudaine. Le produit X se fait plus rare et son prix augmente   donc rapidement. Les coûts de production n'ayant pas augmenté, les compagnies   existantes engrangent des profits spectaculaires.  
    
              Ce profit exceptionnel n'est pas le résultat d'une « exploitation » de qui   que ce soit, mais bien le révélateur d'une situation bien précise: un   déséquilibre soudain entre l'offre et la demande. Il enclenche une série   d'effets. D'abord, les propriétaires et gestionnaires des compagnies   existantes se disent qu'ils pourront accroître considérablement leur chiffre   d'affaire s'ils augmentent leur production de X pour répondre à cette   demande. Cela ne se fait pas automatiquement. Il faut en effet acheter de la   machinerie, embaucher du personnel, le former, trouver de nouveaux   fournisseurs, déménager ou construire une nouvelle usine, modifier la   distribution, etc. Le profit exceptionnel sert justement de capital à   réinvestir dans ce projet d'expansion.  
    
              La hausse exceptionnelle de la rentabilité dans cette industrie envoie un   autre signal aux entrepreneurs qui œuvrent ailleurs: il y a beaucoup plus de   profits à faire dans le secteur X, allons-y! Ces nouveaux joueurs deviennent   concurrents des premiers. Les ressources utilisées dans des secteurs où la   demande est moins pressante (où les prix et les profits n'augmentent pas   autant ou diminuent) sont transférés au secteur X. Tout ceci fait en sorte   d'augmenter la quantité de ressources qui vont à la production de X et donc   de combler graduellement la demande accrue. Cette production nouvelle fait   aussi baisser le prix de X. Après un certain temps, l'offre et la demande   retrouvent un certain équilibre (toujours temporaire, puisque rien n'est   statique ni éternel) et il n'y a plus de profits exceptionnels à faire dans   ce secteur.  
    
              Le même phénomène d'ajustement se produit dans la situation inverse. La   demande pour le produit Y diminue soudainement et le prix baisse. Certains   producteurs parmi les moins efficaces, obligés de vendre à un prix inférieur   au coût de production, connaissent des pertes. Si la situation ne s'améliore   pas, ils décideront alors de liquider leurs avoirs dans le secteur Y et de   les transférer dans un autre où ils perçoivent un potentiel de rentabilité   plus élevé. De cette façon, les ressources sont transférées des secteurs où   elles répondent à un besoin moins pressant à d'autres où elles sont plus   utiles.  
    

             
   

         « Lorsque les gouvernements renflouent des compagnies non rentables au lieu     de les laisser fermer, non seulement gaspillent-ils des capitaux qui     auraient pu être investis dans des secteurs plus rentables, mais ils     maintiennent en place des ressources qui permettraient de répondre à des     besoins plus pressants si on les transférait ailleurs. »

   
 

  
              Sans flexibilité des prix et sans profits et pertes, il n'y a aucune façon de   savoir si les ressources – qui, comme tout dans ce bas monde, sont limitées –   sont utilisées au meilleur escient. Les compagnies qui produisent à perte ne   rendent pas service au public, elles gaspillent des ressources rares qui   seraient plus utiles ailleurs. Lorsque les gouvernements renflouent des   compagnies non rentables au lieu de les laisser fermer, non seulement   gaspillent-ils des capitaux qui auraient pu être investis dans des secteurs   plus rentables, mais ils maintiennent en place des ressources –   main-d'oeuvre, machinerie, bureaux... – qui permettraient de répondre à des   besoins plus pressants si on les transférait ailleurs. 
    
              Ces mécanismes d'ajustement spontané ne peuvent exister que dans une économie   libre. Si on les supprime, il n'existe qu'une seule alternative: la   coercition bureaucratique. Ce sont alors des planificateurs de l'État qui   décident de l'allocation des ressources, qui décident de ce qui sera produit,   en quelle quantité et par qui. Même en tenant pour acquis que ces   planificateurs ont les meilleures intentions du monde et ne visent que   l'intérêt général – ce qui n'est pas du tout évident, puisqu'ils ont des   intérêts à eux, comme tout être humain – ils n'ont tout simplement pas accès   à l'information nécessaire pour faire cette planification. Le résultat   inévitable est le désastre économique des pays communistes et celui, moins   catastrophique mais tout aussi patent, des secteurs économiques contrôlés ou   réglementés par l'État dans nos économies mixtes.  
    
 
 

 

 

Deux côtés du  marché 
   
              Il y a toujours deux côtés dans le marché, l'offre et la demande, et les   profits n'augmentent pas uniquement lorsque la demande fait un bond soudain   et entraîne le prix d'un produit à la hausse. Ils augmentent aussi lorsqu'un   producteur trouve le moyen de réduire ses coûts de production tout en   continuant à vendre son produit au même prix.  
    
              Les entrepreneurs sont constamment à la recherche de façons d'augmenter la   productivité de leur entreprise, que ce soit par l'ajout de nouvelles   machines, une meilleure organisation du travail, l'utilisation de matériaux   moins coûteux, une formation plus appropriée des employés, etc. Être plus productif   veut dire produire plus avec moins. Cela signifie gaspiller moins de   ressources, et pouvoir ainsi transférer les ressources dégagées ailleurs et   les utiliser pour produire autre chose. C'est de cette façon que l'économie   peut croître et que nous devenons toujours plus prospères.  
    
              Supposons que la demande pour le produit X est stable et que le marché y   répond adéquatement. Plusieurs compagnies se font concurrence pour offrir des   produits X similaires, et leurs coûts de production sont comparables. Les   gestionnaires très créatifs de l'une de ces compagnies découvrent une méthode   de production qui réduit considérablement les coûts. Que cette compagnie   réduise ou non le prix de son produit X, elle fera des profits additionnels   importants. Si elle continue à vendre au même prix que les autres, elle garde   la même part de marché, mais sa marge de profit augmente beaucoup. Si elle   réduit son prix, sa marge de profit est plus modeste, mais elle attire alors   de nouveaux clients et augmente ses ventes, ce qui engendre des profits aussi   élevés.  
    
              Encore une fois, on assiste à un déséquilibre, non pas entre l'offre et la   demande cette fois, mais entre une nouvelle façon plus efficace de produire   et une ancienne façon qui gaspille des ressources. Le profit récompense le   producteur le plus efficace, celui qui répond à la demande en produisant au   coût le plus réduit en termes d'utilisation de ressources rares.  
    
              Là encore, le profit entraîne un réajustement. La compagnie plus efficace   pourra se servir des profits exceptionnels qu'elle obtient pour investir dans   sa capacité de production, et pourra ainsi augmenter sa part de marché. Ses   concurrents les moins efficaces devront fermer leurs portes. Des ressources   auront donc été transférées des producteurs les moins efficaces au producteur   le plus efficace. Ou encore, ses concurrents tenteront de s'adapter   rapidement, de copier cette méthode de production plus efficace et de réduire   eux aussi leurs coûts de production. S'ils y réussissent, le résultat sera le   même, c'est-à-dire que moins de ressources seront utilisées globalement pour   répondre à la demande de produits X, mais la part de marché de chaque   producteur aura peu changé.  
    
  Une anomalie temporaire 
   
              Les acteurs économiques s'ajustent évidemment non pas en cherchant à corriger   un problème global, mais parce qu'il est dans leur intérêt immédiat de le   faire. Les propriétaires d'une compagnie qui fait des pertes risquent de voir   leurs investissements partir en fumée et d'y engloutir leurs avoirs. Les   gestionnaires et les employés risquent quant à eux de perdre leur emploi.   Mais en s'ajustant aux signaux du marché, ils contribuent à répondre le mieux   possible, le plus efficacement possible, aux besoins des consommateurs. Le   profit est une sorte d'interface qui joint la poursuite de l'intérêt   individuel avec la contribution au bien-être de tous. Lorsqu'on comprend   comment cela fonctionne, on se rend compte qu'il n'existe aucune   contradiction entre ces deux buts, ils ne peuvent au contraire se réaliser   que de façon concordante.  
    
          

  Le profit est   toujours le signal qu'il existe un déséquilibre dans un marché, entre une   situation nouvelle et des façons de faire qui ne se sont pas encore adaptées.   D'une certaine façon, le profit est une anomalie temporaire. Dans une   économie de marché libre et flexible, les acteurs réagiront à la présence de   profits et de pertes de façon à corriger cette anomalie. Il est donc erroné   de croire que le profit est une caractéristique permanente et toujours en   croissance dans une économie capitaliste, comme le prétendent les marxistes.   Au contraire, plus la concurrence est forte, plus un secteur est libre de   réglementations et d'intrusions gouvernementales et se rapproche du modèle   capitaliste idéal, plus on doit s'attendre à ce que les périodes de profits   exceptionnels soient courtes. La flexibilité d'un tel secteur économique et   la rapidité d'adaptation des acteurs feront en sorte que les déséquilibres   disparaîtront rapidement. C'est plutôt dans les secteurs où l'État vient   brouiller les cartes que des profits excessifs auront tendance à se   maintenir, ceux qui sont par exemple dominés par des monopoles publics, où   certaines compagnies sont favorisées, ou encore où des prix plus élevés que   ceux du marché sont imposés par décret. Dans ces secteurs, la possibilité de   concurrencer étant réduite, la flexibilité et la liberté d'initiative étant   limitées, les déséquilibres auront tendance à durer plus longtemps ou à   persister indéfiniment.  
    
              Le profit est en fin de compte une façon de s'ajuster à des changements   économiques complexes. La conclusion à tirer de tout cela est donc limpide:   ceux qui n'aiment pas les profits dits « excessifs » devraient militer pour   l'imposition d'un ordre social et économique statique, sans changement, ou   tout est contrôlé et où on ne permet à aucun déséquilibre soudain d'émerger,   ce qui ressemble en gros à l'idéal communiste; ou encore, ils devraient   appuyer le capitalisme le plus débridé qui soit, puisque dans un tel contexte   de flexibilité maximale les profits excessifs ne peuvent jamais être   maintenus bien longtemps... 
    
   

Posté par infosInterdites à 14:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]